Les troubles de comportement canin peuvent être plus ou moins incommodants pour le maître. Dans bien des cas, ces difficultés prennent une telle profusion que la relation maître-chien en est gâchée. Ainsi, il convient de consulter un vétérinaire comportementaliste. Ce dernier traitera votre animal de compagnie pour que la vie reprenne son cours ordinaire dans votre foyer.

Comment décerner la source des troubles de comportement canin ?

Nombreux sont les maîtres qui prennent telle une fatalité les troubles de comportement de leurs chiens, jugeant qu’ils ne peuvent rien, face à la situation. Cependant, il est bien évident que pour traiter votre compagnon à quatre pattes, il faut avant tout que vous en fassiez la démarche. En vue de décerner les symptômes de malaise chez votre animal, rien ne vaut la consultation de votre vétérinaire. Celui-ci va alors l’examiner, étant donné qu’il peut constater une éventuelle affection. Certaines maladies très désagréables provoquent, en effet, une pugnacité, des ennuis génito-urinaires qui entrainent des oublis… Le spécialiste doit, de ce fait, s’assurer qu’aucune maladie n’est à l’origine du trouble. Si c’est un bon vétérinaire, il devra vous questionner sur de nombreux sujets, en vue de déterminer plus précisément le trouble en question et dans quelles circonstances se manifeste-t-il. C’est à partir de ces éléments qu’il va décider du procédé à adopter. Voici cinq (05) méthodes pour corriger les troubles de comportement canin.

L’extinction et la punition

A un moment donné, il arrive qu’un maître ait automatiquement offert une récompense à son animal. Le spécialiste des troubles du comportement canin doit ainsi repérer cette récompense et en demander la suppression. Le chien va cesser son comportement non souhaité, dès qu’il n’y a plus de récompense. En ce qui concerne la punition, celle-ci doit avoir lieu directement après la bêtise, ce qui est quelquefois pénible à faire. Un quart d’heure après, elle ne veut rien dire pour votre chien. Et la punition, elle, doit être déplaisante, ce qui ne veut tout de même pas dire qu’elle soit blessante ou perpétuée.

Le déconditionnement, la désensibilisation et l’implosion

Ce sont trois (03) autres méthodes pour corriger les troubles de comportement canin. Avec le déconditionnement, vous mettrez le chien dans l’obligation de choisir entre deux choses entièrement opposées. Par exemple, si vous avez un chien qui a peur du bruit, faites résonner celui-ci pendant le repas. Il doit alors faire le choix entre manger et s’enfuir. Très souvent, il va rester manger. En ce qui concerne la désensibilisation, il faut le soumettre de manière continue à ce qu’il craint, tout en le consolant. Les conditions doivent toutefois minimiser le danger : espace donnant la possibilité de déguerpir, votre présence affectueuse… Enfin, pour ce qui est de l’implosion, ici, il s’agit de soumettre le sujet de manière profusément violente à ce qui lui fait peur, sans lui donner la chance de déguerpir. Il faut toutefois noter que cette solution peut être dangereuse car  elle peut provoquer une angoisse ou une dépression.